• commission emploi geometre
  • tarif retribution geometres de l'Orne

LES GEOMETRES DU CADASTRE DANS LE DEPARTEMENT DE L'ORNE

CHAPITRE VI

LES COLLABORATEURS DE JEAN BERNARD LAPEYRERE AU SEIN DU SERVICE DU CADASTRE DE L’ORNE

Ce chapitre est un hommage rendu aux géomètres qui ont participé à la confection du cadastre parcellaire du département de l’ORNE sous la direction de Jean Bernard LAPEYRERE.

Ce cadastre parcellaire fût constitué pour l’ensemble des communes du département de 1808 à 1836 soit en 28 années ce qui est remarquable compte tenu du matériel technique utilisé par les géomètres, des moyens de locomotion et des procédures administratives à respecter. Ces agents durent également faire admettre aux populations l’utilisation des nouvelles unités de mesure.

Nous ne connaissons pas très précisément le mode de recrutement de ces géomètres. Jean Bernard LAPEYRERE a eu à connaître de ces difficultés lors de son installation où il dût s’assurer des moyens humains mis à sa disposition (nous étions encore sous le régime temporaire du cadastre par masse de culture).

Toutefois à travers un cas, celui du dénommé FROMONT nous pouvons appréhender le recrutement et la formation des géomètres.

Le 4 frimaire an XII (26 novembre 1803), GAUDIN, duc de GAETE, ministre des finances informe le préfet de l’ORNE de l’arrivée de FROMONT, géomètre secondaire (77).Ce dernier est alors âgé de 57 ans et vient de suivre des cours de géométrie pratique dans le département de la SEINE. Le géomètre en chef est alors invité à l’examiner et le faire opérer sous ses yeux et s’il lui trouve la capacité nécessaire un traité sera passé avec lui. Si le géomètre en chef ne trouve pas qu’il eût les connaissances requises, un nouvel examen doit avoir lieu sous le regard d’une personne instruite en matière d’arpentage et le directeur des contributions directes. Au vu des résultats, le préfet prononce l’admission ou la non admission du candidat. Enfin, s’il est admis, il est juste de payer au candidat ses frais de route à raison de un franc par lieue de poste.

Le 24 germinal an 13 (13 avril 1805), le directeur des contributions directes informait le préfet que FROMONT est incapable d’être employé aux travaux du cadastre (78).

Bien que cette mésaventure se soit déroulée sous le régime du cadastre par masse de culture, il est fort probable qu’elle puisse être transposée au régime du cadastre parcellaire.

D’autres documents consultés aux archives départementales de l’ORNE nous indiquent que le traitement des géomètres s’élevait à 150 francs par mois (79).

En 1827, une charte fut signée entre le géomètre en chef et les géomètres pour fixer leur rémunération. Cette dernière s’élevait alors à 75 centimes par hectares et 23 centimes par parcelles cadastrées (80) garantissant ainsi le traitement mensuel de 150 francs.

Le corps des géomètres comprend plusieurs fonctions. Ainsi, par exemple en 1827, LAPEYRERE donne un le détail des fonctions exercées (81):

1)Géomètres chargés d’un service spécial :

-1 géomètre adjoint au géomètre en chef

-1 géomètre employé de confiance du géomètre en chef

-1 géomètre délimitateur

-1 géomètre triangulateur

2)14 géomètres de 1ère classe

Dans son rapport du 18 septembre 1830, LEFEVRE, vérificateur spécial des plans du cadastre donne son avis sur les géomètres du département de l’ORNE :

« Ceux que j’ai été à même de voir ont peu de théorie, leur pratique est bonne et ne laisserait rien à désirer s’ils mettaient plus d’ensemble entre les différentes feuilles qui composent le plan de la commune ».

En annexe figure un tableau recensant les noms des géomètres qui ont participé à la confection du cadastre parcellaire napoléonien dans l’ORNE.

Pour terminer, je voudrais évoquer les quelques informations que j’ai pu recueillir sur le géomètre BARRABE dont LAPEYRERE avait fait son homme de confiance.

César Auguste BARRABE est né à SAINT FRAIMBAULT (sur PISSE) dans l’ORNE, le 12/11/1791. Il est le fils d’Etienne Pierre BARRABE et de Bénigne Marie Françoise RIALLAN. Son père est alors notaire royal à SAINT FRAIMBAULT. Il entre au service du cadastre vers 1810 probablement.

Il se marie le 11 mars 1813 à PASSAIS le CONCEPTION (ORNE) avec Marie Anne Michel Françoise LE ROYER. Il indique que géomètre est alors sa profession.

En 1818, LAPEYRERE confie à BARRABE une mission d’enquête pour la délimitation entre les départements de l’ORNE et de la MAYENNE dans le cadre du règlement du sort des communes dites « mixtes ». LAPEYRERE le choisi car « connaissant votre zèle, votre intelligence et votre bonne volonté ». En effet le litige entre l’ORNE et la MAYENNE au sujet de leur limite séparative durera jusqu’en 1836, date à laquelle les 2 départements parviendront à se mettre enfin d’accord sur les parties de territoires revenant à l’un et à l’autre. Ce litige commence vers MADRE (département actuel de la MAYENNE) pour se terminer aux confins avec le département de la MANCHE soit sur près de 60 kilomètres.

Je ne pense pas que LAPEYRERE ait choisi BARRABE au hasard. BARRABE connait le territoire étant né à SAINT FRAIMBAULT (concerné également par le litige inter départemental) et son père étant notaire à cette résidence.

Toutefois, je présume que certains éléments familiaux ont pu également favoriser ce choix. En effet BARRABE à plusieurs frères et sœurs. Parmi ces frères, l’un, Frédéric François BARRABE est surnuméraire à l’enregistrement à DOMFRONT et un autre, Alexandre Marie BARRABE est également notaire impérial à SEGRIE FONTAINE (ORNE).

Un autre frère Etienne Anne Jean baptiste Bénigne BARRABE a eu une carrière militaire exemplaire qui lui vaudra d’obtenir la légion d’honneur le 6 novembre 1813 (82).

Ancien lieutenant du 3ème d’infanterie de ligne, du régiment du Dauphin, ce frère, né le 23 juin 1786 à SAINT FRAIMBAULT, (canton de NORMANDIE comme le précise le prêtre sur le registre des naissances) sera lui aussi notaire à SAINT FRAIMBAULT. Il est entré dans la carrière militaire le 17 octobre 1806, sera nommé lieutenant le 24 janvier 1814. Il a participé aux campagnes du Danubede 1807 et 1808, d’Allemagne en1809, d’Espagne de 1811 à 1813, à nouveau en Allemagne en 1814 puis en 1815 en Belgique. Blessé plusieurs fois (coup de sabre à la tête le 22 mai 1809 à ECKMULprès de RATISBONNE, au téton gauche le 5 juillet 1809 à WAGRAM, puis au genou droit le 22 mai 1813 à TIBIAS en NAVARRE alors à la tête d’une compagnie de voltigeurs qu’il conduit plusieurs fois au feu et enfin contusion au pied gauche le 11 avril 1814 à MORBOURG en Allemagne), il cessera son activité militaire le 20 mai 1815 après 15 ans, 1 mois et 14 jours de service.

Sans aucun doute, ces états de service n’ont pas du laisser indifférent LAPEYRERE.

Un autre frère dénommé Juste Ferdinand BARRABE, né en 1795, épouse Marie Jeanne Sophie COUPPEL en 1823. Or cette famille COUPPEL est présente dans la lignée maternelle de Clarice GEOFFROYépouse de Jean Bernard LAPEYRERE. La grand- mère de Clarice GEOFFROY est née Marie COUPPEL. Toutefois, je n’ai pu établir formellement ce lien de parenté.

Tout ce faisceau d’indices me conduisent à penser que BARRABE n’a pas été choisi au hasard par LAPEYRERE comme homme de confiance.

En 1832, BARRABE change de voie considérant probablement la fin des opérations cadastrales .Le 22/5/1832, il est nommé receveur (percepteur) de l’hospice civil de DOMFRONT et le 27/7/1832, il prête serment et « jure fidélité au roi de français, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du royaume »

Il décède à DOMFRONT (ORNE) le 22/9/1854 à 3 heures du matin en son domicile rue des barbacanes. Sur l’acte de décès, il est indiqué géomètre comme profession ; c’est dire combien cette activité l’a marqué.

LISTE DES GEOMETRES AYANT PARTICIPE AU CADASTRE PARCELLAIRE NAPOLEONIEN DANS LE DEPARTEMENT DE L'ORNE

liste geometre orne page 1

liste geometres orne page 2

TARIF DE RETRIBUTION DES GEOMETRES DU CADASTRE DANS LE DEPARTEMENT DE L'ORNE

tarif retribution geometres de l'Orne